Exercer différemment le pouvoir


Cette vision, cette ambition, cette capacité ne vaut que si elle se fait avec une certaine pratique du pouvoir. La sienne est faite de respect, mais aussi d’audace et de liberté. Il a été élu à Blanquefort avec une étiquette socialiste mais surtout grâce à une dynamique associative et humaine. Il a exercé la présidence de la métropole en faisant travailler ensemble toutes les couleurs politiques. Ils n’ont renoncé ni à nos ambitions, ni à nos convictions. Mais surtout, la liberté et le partage du pouvoir me semble indispensable. A la métropole, ils ont mis en place aussi un espace de partage avec les acteurs nommé La Fabrique métropolitaine.

Il y a 4 ans maintenant, nous avons créé un collectif citoyen intitulé Bordeaux Métropole des Quartiers. Nous avons réfléchi, échangé, proposé… Nous avons publié deux livres, un sur les quartiers, un sur la métropole. Nous avons sorti des Cahiers de l’Avenir sur l’éducation, le logement, la fracture territoriale… A chaque fois, nous l’avons fait avec vous, par des rencontres de proximité, des plateformes participatives, de larges rencontre citoyenne comme Cogitons Bordeaux ou avec les têtes de réseau lors de séminaire…

Au-delà du changement que représente une alternance politique, Vincent Feltesse propose de partager réellement le pouvoir. Il propose la création de 5 grands quartiers, reprenant les découpages territoriaux. Ceux-ci co-géreront avec la population une part significative du budget municipal et métropolitain. En effet, les choses doivent être plus simples, démocratiques et justes. La Métropole redonnera latitude aux villes sur tous les travaux de proximité, permettant souplesse, réactivité et plus faible coût. Les enveloppes par quartiers tiendront compte des réalités, parfois sociales (plus de moyens pour les associations dans des quartiers avec des difficultés ou un fort afflux de population) ou géographiques (plus de crédits de voirie quand il y en a beaucoup comme à Caudéran).

Le 16 septembre 1969, Jacques Chaban Delmas prononçait son fameux discours sur la nouvelle société. C’était notamment une réponse aux aspirations exprimées en mai 1968, notamment en termes de liberté, de démocratie, de décentralisation… Les forces conservatrices ont empêché la concrétisation de cette volonté réformatrice. Et il faudra attendre mai 1981 pour que les changements se fassent en matière de liberté publique. Ce que Vincent Feltesse vous propose, c’est de contribuer ensemble à la construction de cette nouvelle société bordelaise : libre, généreuse, diverse, consciente des enjeux du moment, fière de ses forces mais aussi déterminée à surmonter les nouveaux défis.

C’est pour cela, chers bordelaises et bordelais, qu’il vous invite à travailler avec nous à la métropole de qualité de demain.